Aviron, pagaies, rames, que choisir ?

PAR BERNARD HUGONNIER, SYLVAIN BÉDARD

Aviron, pagaies, rames, que choisir ?
 
 
Il est probable qu’un humain, fatigué de faire avancer son radeau avec les mains, se soit un jour muni d’un bâton pour le propulser en l’appuyant sur le fond. À l’usage, il a remarqué qu’il pouvait aussi l’utiliser en eau profonde, mais que les bâtons plats étaient plus efficaces. D’autres ont perfectionné le modèle en fonction de leur environnement, mais le principe est resté et demeure.


Même s’il est peu connu et de moins en moins pratiqué, l’usage de la perche a pendant longtemps permis de monter et descendre les rivières. Au Québec, c’est surtout en Gaspésie que cette technique est encore utilisée, la morphologie des rivières, peu profonde et avec une pente constante, se prête bien à cette technique. Les Cris et les Montagnais utilisent encore un aviron, long et étroit, comme une perche ou un aviron selon la profondeur de l’eau et le sens de déplacement (montée ou descente).
 
 

Pagaie, aviron, rame, c’est la pagaille !


Comme toute chose, la terminologie évolue. Essayons d’y voir plus clair ! La pagaie est le moyen de propulsion utilisé depuis toujours en kayak.

Quand les européens se sont intéressés à ce moyen de locomotion, ils ont nommé pagaie tout ce qui correspondait à “une rame légère et courte”, que ce soit en kayak, canot ou pirogue.

Au Québec, on utilisait le terme aviron comme en fait foi la célèbre chanson des voyageurs d’antan “C’est l’aviron qui nous mène”. Aujourd’hui, avec la montée en popularité des sports d’eau vive, (canot, kayak, raft), le terme pagaie est de plus en plus utilisé. L’aviron désigne plus particulièrement une pagaie en bois utilisée principalement pour le canotage en eau calme.

La rame est quant à elle associée à la chaloupe, à laquelle elle est fixée à l’aide d’un tolet.


L’achat d’une pagaie


À raison de 20 coups par minute en moyenne, un canoteur peut donner plus de 7000 coups de pagaie dans une journée. Un kayakiste en donnera le double. C’est dire l'importance d’avoir un outil bien adapté à ses besoins. L’achat d’une pagaie qui ne vous convient pas peut vous faire perdre beaucoup de plaisir, voire vous provoquer des blessures.

Les premiers points dont il faut tenir compte concernent l’utilisateur : âge, force physique, expérience, budget. Ensuite, il faut considérer les lieux de pratique (lac, rivière, mer etc.) et les buts que vous recherchez : promenade, performance etc. ainsi que la durée de l’activité.

Dans des conditions aussi différentes, la pagaie idéale n’existe pas et il n’est pas rare de rencontrer des pratiquants qui en possèdent plusieurs modèles. Si vous ne deviez retenir qu’une chose de cet article, c’est qu’une pagaie se choisit en fonction de la longueur du manche et non de sa longueur totale. Certaines pagaies de kayak de mer sont ajustables en longueur, ce qui permet de multiples adaptations.

Pour faire un choix judicieux, il importe de connaître les principales formes de pales et leur utilité spécifique ainsi que la longueur qui vous convient. Enfin, comme rien ne remplace l’expérience, il est toujours souhaitable d’en essayer plusieurs avant d’acheter. Certaines boutiques en louent ou vous pouvez en emprunter à vos compagnons de sorties.

 


 
Les matériaux
 
 
Ce sont eux qui déterminent le prix, le poids et la résistance de votre pagaie.

Aujourd’hui moins utilisé, le bois reste inégalé par les sensations qu’il procure, particulièrement en eau calme. Et ici, comme dans d’autres domaines, il aura toujours ses inconditionnels. Bois dur, mou ou lamellé, il y en a pour tous les goûts.

Les autres matériaux utilisés ont pour noms :
aluminium,
plastique,
fibre de verre,
Kevlar,
fibre de carbone.


Chacun offre des qualités particulières qui, en étant jumelés, permettent la fabrication de produits très spécifiques, bien adaptés à leur milieu d’utilisation et avec un bon contrôle de la qualité. Notre article traitant des matériaux viendra compléter cette information. Restez à l'affût !

Le poids deviendra un facteur important après plusieurs heures d’utilisation. C’est d’ailleurs pour le diminuer que les fabricants améliorent sans cesse leurs modes de fabrication. L’équilibre entre le poids du manche et celui de la/des pale(s) est un point important, trop souvent négligé. Les pagaies bon marché faites d’un manche d’aluminium et de pales en plastique sont particulièrement mal équilibrées puisque le poids est concentré dans les pales.

Suivez nos publications, nous étofferons le sujet plus spécifiquement pour le canot et pour le kayak de mer dans des chroniques ultérieures.